Dans ce 162e numéro de la Revue de la Semaine, Jean-Luc Mélenchon revient tout d’abord sur la Coupe du Monde de football qui se déroule au Qatar. Il explique pourquoi cet événement, en plus d’être un événement sportif, est aussi un rendez-vous politique contrairement à ce que dit Emmanuel Macron. Que ce soit sur le terrain avec les actions de protestations des joueurs de différentes nationalités ou en dehors du terrain, tout démontre que le sport est politique. De même, plusieurs événements sportifs dans l’histoire ont prouvé à quel point le sport a toujours été dans un contexte politique. À ce sujet, il évoque la Coupe du Monde de 1978 en Argentine qui s’est déroulée durant la dictature, et où déjà un appel à Boycott avait été fait ainsi que plusieurs autres actions politiques. Jean-Luc Mélenchon souligne enfin l’aberration écologique que représente cette Coupe du Monde avec de la climatisation utilisée à grande échelle dans des stades ouverts. Il appelle les Français à partager et à relayer toutes les revendications sur place et sur les réseaux sociaux pour dénoncer l’organisation de cette Coupe du Monde au Qatar.

Jean-Luc Mélenchon évoque dans un second temps la future crise financière majeure qui se profile à cause de l’augmentation des taux d’intérêt par les banques centrales. Il explique que pour faire face à cette inflation, les banques centrales disent qu’il faut arrêter d’augmenter les salaires. Or, ces augmentations très minimes ne compensent pas du tout l’augmentation des prix. Les banques centrales proposent alors deux autres méthodes pour lutter contre l’inflation : augmenter le chômage et instaurer des taux variables plutôt que des taux fixes pour les crédits. Jean-Luc Mélenchon explique en quoi ces deux méthodes sont particulièrement dangereuses.

Il traite ensuite de la pénurie qui touche certains médicaments dans les pharmacies et l’incompétence du gouvernement sur le sujet. Il en profite pour rappeler pourquoi la création d’un pôle public du médicament était dans le programme l’Avenir en commun, justement pour répondre à ce genre de problématiques.

Jean-Luc Mélenchon revient après cela sur le vote à l’Assemblée de la loi d’orientation et programmation du ministère de l’Intérieur (LOPMI) présentée par M. Darmanin. Il explique que dans cette loi sont prévues des amendes inacceptables et visant à empêcher le droit de manifester. Macron prévoit de punir d’amendes de 500 à 1 000€ les lycéens et étudiants qui occuperaient leur lieu d’études. Il veut aussi mettre des amendes de 800 à 1 600€ à ceux qui bloqueraient la circulation, comme le faisaient les gilets jaunes. Une pétition a été créée par le député insoumis Antoine Léaument contre cette loi (lien ci-dessous). Il interpelle le ministre de l’Intérieur pour lui expliquer que la multiplication de mesures répressives de ce genre n’entravera jamais les luttes populaires.

Il conclut cette Revue de la Semaine en évoquant le décès d’Hebe de Bonafini, cofondatrice et présidente des Mères de la place de Mai, une association de femmes qui se battait pour la vérité et la justice concernant les enfants enlevés pendant la dictature en Argentine (1976-1983).

SOMMAIRE
00:00 : Introduction
01:16 : Coupe du monde au Qatar
08:21 : Krach financier
15:25 : Pénurie de médicaments
18:21 : Amendes Macron
24:38 : Mort de Hebe de Bonafini
27:36 : Conclusion

LES LIENS