Salut à toi, je vais te conter ma vie de militant pour cette journée du 30 Mars 2022 !

Je n’ai pas corrigé ce texte, peut-être que je le ferais plus tard !

Si nous nous connaissons, il est fort probable que tu saches que je milite pour la France Insoumise, l’Union Populaire et plus exactement pour l’élection de Jean-Luc Mélenchon.
Bon, il n’est pas question de parler des idées ici mais plutôt de rapporter un constat fait sur le terrain.

Avant toute chose, je ne suis pas étonné des méthodes employés par la Macronie mais de le voir de ses propres yeux, c’est encore plus édifiant !

Ce soir, Mercredi 30 Mars 2022, comme beaucoup d’autres jours ces derniers temps, nous sommes actifs pour coller des affiches de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles 2022 !

Nous nous sommes mis d’accord avec les équipes PCF, du candidat Fabien Roussel, pour ne pas re-coller par dessus eux et inversement. Sur les panneaux d’affichages publics, s’ils ont collé leurs affiches, nous collons à côter, si tout le panneau est recouvert, nous recouvrons qu’une partie de celui-ci afin de laisser de belles affiches Jean-Luc Mélenchon et celles de Fabien Roussel. C’est bien entendu carte blanche si l’ensemble du panneau est aux couleurs de Zemmour, Pécresse, Macron ou encore Hidalgo ! Il n’y a aucun affichage Le Pen ici !

Ces derniers temps nous voyons fleurir des affiches Zemmour, Macron et Précresse. Alors, vous vous en doutez, on remplace par Jean-Luc Mélenchon !

17h30 – Ronde habituelle !

Ce soir, vers 17h30 nous nous décidons, avec un camarade LFI (La France Insoumise) de faire une session de collage ! Nous faisons donc le tour de la ville, en voiture, avec notre sceau de colle et nos affiches. Nous avons fait tous les panneaux de la ville, certains étaient recouvert à 100% de Roussel, on a donc, dans la majorité des cas, partagé l’affichage.

Vers 19h15 on se décide d’arrêter et de se rentrer manger ! Vers 20h00, mon camarade me téléphone et me dit « Oh Stef, tu ne vas pas me croire, il y a une affiche Macron en bas de chez toi ! » (Sur le panneau près de chez moi ndlr.)
Ni une ni deux, il me propose de sortir tranquillement vers 21h30/22h !

Banco ! Le temps de manger, de passer un coup de fil et de me préparer et hop, on y retourne !

22h00 – On y va !

De retour en voiture, on arrive donc au panneau près de chez moi et effectivement, il y a la tronche de cake de Macron ! Alors, on prend notre colle, la brosse et les affiches et on recouvre.
Direction les autres panneaux (il y en a 7 sur la ville), rien à signaler sur le second de notre parcours, puis RAS sur le troisième, le 4ème vers la poste, on voit 3 affiches Macron…

Bon, brosse, colle, bim bam boum, un beau panneau 100% Mélenchon. On part, vers le 5ème, idem ! Macron ! Non, hors de question, on fait quelque chose de propre, on y met du Mélenchon !

On se dirige vers le 3ème de tout à l’heure et là, surprise, on voit une affiche de… Oui !!! Macron ! Alors, non, on n’en veut pas, on recouvre.

Là, des mecs qui étaient au Barber Shop dont le patron, qui sont morts de rire, qui nous filment (sûrement un Snapchat ou quelque chose comme ça) et nous disent, pendant qu’on colle, tout en étant bidonnés « Mais vous êtes des tueurs les gars, les Macrons sont passés il n’y a même pas 10 minutes, et vous, vous re-collez déjà, TROP FORT !!!! Bravo ! »

Je ne vous cache pas que ça motive encore plus. Et c’était vrai, la colle sur les affiches Macron était bien fraîche !

23h45 – On a fini ! Ou presque !

Il est bientôt minuit et on a tout recouvert, on se dit, on va se rentrer tranquillement. Mais mon camarade me dit « On re-fait un tour de contrôle ! », ok, c’est parti !

Rien à signaler, tout est en ordre, alors il me dépose chez moi, il est 00h10, on est déjà le 31 Mars !

00h15 – WTF !!!!!????

Minuit quinze, le téléphone sonne, maman est prêt de toi, il faut lui dire… Pardon, je divague !
C’est Camarade « Stef !!! En bas de chez toi, il y a à nouveau Macron mais aussi Pécresse !!! »

Nan mais ils se foutent de nos gueules ? Ils s’y mettent eux aussi ???

Bon, je descend et on re-fait un tour de manège !

00h20 – De retour sur les routes de la ville !

On arrache les affiches Macron et Pécresse sur le panneau N°1 et on re-colle Mélenchon, le Panneau N°2 RàS, le N°3, RàS, on arrive au N°4, à la Poste et là surprise, un nombre inconnu de mecs dans un mini-van foncé partent du panneau d’affichage, on se gare et fait mine de retirer des thunes au distributeur, ils partent et on voit Macron et Pécresse ! Alors, on enlève délicatement les affiches pour laisser les nôtres toujours en dessous puis on en re-colle une qui a été abîmé !

Direction le N°5 qu’on voit au loin, ils sont dessus ! Une fois partis, on fait pareil, on arrache Macron et Pécresse, et on re-colle Mélenchon !

Direction le N°6, mais on re-passe devant le N°3. Surprise, on s’arrête au loin, 3 mecs entre 30 et 55 ans, sont en train de coller Macron ET Pécresse ! Oui oui, vous lisez bien, ils collent pour Macron ET Pécresse !!!

Là, on est interloqué, c’est quoi ce bordel ! On laisse les mecs partir, nous on y va, on décolle proprement et on refait !

Direction le N°7, on les laisses faire le N°6, on refait proprement le N°7 et on se dirige au N°6. Idem, Macron et Pécresse.

On revient vers le N°1, qu’ils ont déjà recouvert de Macron et Pécresse (ouais là c’est le jeu du chat et de la souris !), mais cette fois, ils ont arrachés nos affiches avant de mettre les leurs, on décide de se la jouer technique ! On arrache leurs affiches et on les suits, on ne re-colle pas pour l’instant !

De retour vers la Poste, bim ! Macron Pécresse, on voit le mini-van au loin, on arrache, on laisse !
Puis on continue de panneaux en panneaux, ils arrachent nos affiches, collent Macron et Pécresse, on arrache !

Il reste au moins le panneau N°1 qui n’est pas fait, on se décide d’y aller !

01h20 – Ils changent de méthode

Une belle Mercedes classe A nous prend en chasse, à son bord un Macroniste, de sexe masculin, âgé d’environ 30 ans, seul.


Camarade me dit :
– « On est suivi ! »
– « Non !? T’es sûr, on n’est pas dans un polar !!! »
– « Si si, j’ai bien l’impression, depuis le centre-ville, il y a la merco derrière nous… »
– « Ok, on va voir, tourne à droite »
– « Toujours là… »
Et on commence à faire des tours totalement WTF, la Mercedes, nous suit !

On s’enfonce dans les quartiers pavillonnaires, on l’amène à un cul de sac, il s’en rend compte, il arrête le suivi. Nous on passe derrière lui, il nous voit et se remet à nous suivre.

On commence alors à faire d’autres tours totalement WTF, on l’amène même dans la ville d’à côté. Le mec nous traque, on ne connait pas ses intentions, on reste méfiant. On le sème et revient dans la ville initiale.

On refait un tour de contrôle, plus aucune affiche, tout est arraché. Camarade me propose de me déposer à la maison et de remettre ça à plus tard, demain, il est déjà 2h00 !

02h05 – Qui qui c’est qu’on croise en ville ?

Et voilà, Merco-man le retour ! Le voilà, il est arrêté, il sort juste une main, nous fais signe de s’arrêter. La dégaine laissait croire à une habitude « d’interpellation » d’un flic. L’autre main dans sa veste. On décide de faire comme si de rien était, on continue notre route.

02h13 – La suite à pied et en solo !

Camarade me dit « On ne va pas tourner des heures, je te dépose et rentre ! ».
Il me dépose à proximité de chez moi, je me décide donc d’aller, seul, à pied, vers le panneau N°1 afin de finir le travail et arracher Macron et Pécresse !

Et là, dans la nuit noire et obscure, obscure et sombre, non Isabelle ne s’est pas cogné contre les murs, mais la Mercedes revient, elle se dirige vers moi. J’arrive à me transformer en un fantôme, il me perd de vue. Je le voit, il se gare et se met à guetter le panneau N°1, tel un chien de garde. Dans l’obscurité, difficile de déterminé s’il s’agissait d’une sacoche pour homme qui arrivait à la ceinture ou si c’était un étuit à pistolet à la ceinture. L’homme paraissait avoir entre 28 et 34 ans, sa démarche ressemblait à celle d’un flic fan de zèle !

Je l’observe au loin, il guette, ça fait 20 minutes. Il se dirige vers l’affiche, il remet bien les affiches Macron et Pécresse. Puis, il est 2h40, il se décide d’aller à sa voiture. Et il attend, tous feux éteint. Il démarre, sans allumer ses feux et s’en va enfin.

Ni une, ni deux, je m’empresse d’arracher les dernières affiches. La mission est accomplie.

03h00 – Une Mercedes à l’approche, je suis seul.

Il y a clairement peu de voitures dans les rues, c’est la Mercedes qui revient, je la reconnais au loin avec ses phares xéon, je me cache non loin, dans un local poubelle.

Il s’arrête et sort de la voiture.
– « Putain… Ils font chier… Communistes de merde… »

Je ris intérieurement, mais c’est de courte durée. Je ne remarque plus rien à la ceinture. Il sort son téléphone et dit :
– « Allô ? Ouais, il y en a un qui est passé, il nous a arraché… Non, je ne voit aucun individu à proximité. Non, personne. Bah laisse tombé, on reviendra plus tard… Mais ils font chier, c’est pas ça la démocratie ! »

Ce qui se passe ensuite, en plus du terme « individu » me laisse penser que c’est un flic…
– « Tu m’étonnes, ça mérite du flash-ball dans les yeux ça… J’avorte, je rentre, toute façon, il doit être à pied et j’ai pas trop envie de tomber dans une embuscade dans la cité ! »

03h15 – Je rentre chez moi !

Il s’en va et moi je me dirige vers chez moi, j’appelle Camarade et lui raconte dans les grandes lignes, il est inquiet et me conseil de faire attention à moi. Me voilà à la maison à rédiger cet article !

Bon, vous en pensez quoi ?

One thought on “Les Méthodes de la Macronie, ma vie de militant”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *