J’ai connu les débuts de l’internet, des jeux vidéos et le Tang, c’est fou !

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Bof, c’est pas si fou que ça…

Oh, tu te calmes !

Salut à toutes et à tous, j’ai eu 31 ans cette année, en 2019, je suis donc de 1988, bébé des années 90’s, élevé aux graines aux hormones, au Tang, à la clope en famille, la TV avec seulement quelques chaînes, par fois sans télécommande, enfant né dans l’environnement grandissant de la jeunesse des quartier « résidentiels » HLM, le Hip-Hop à donf’ avec des break-dancers dans la rue, les « combats » de quartiers et surtout l’invention de cette belle langue qu’est le verlan ! Tu golri, mais le verlan c’est une vrai geulan, de ouf, juste bavé dans le tiékar !* Puis l’invention du verlan du verlan, joliment appelé le lanvère ! « T’a vu cette feu-meu, c’est feu-ou comment elle est neu-bo ! »** Ainsi va la langue Française avec ses « Tavu » de ponctuation, ses « Wesh! » d’introduction et les jolies surnoms de nos mamans, « Nique ta mère », « Fils de pute », « Ta mère la pute », ah les insultes inutiles, sans oublier que c’est quand même notre génération qui a inventé l’une des insultes ultime : « TA MÈRE ! », oui, oui, c’est à priori insultant.

C’était vraiment du grand n’importe quoi quand on y repense !

C’est vrai, qu’est-ce qu’on était cons ! Toutes les générations doivent se dire ça à un moment où un autre, mais parmi tout ça, j’ai eu la chance, oui la chance, que peu de monde peut dire avoir vécu, c’est l’arrivée de l’internet dans les foyers, mais aussi l’imposante arrivée des téléphones portatifs ! Nan, pas des smartphones, ça c’est arrivée un peu après, le téléphone bi-phonique puis poly-phonique, au SMS à 15ctms limité à 160 caractères qu’on devait écrire « SLT CCV? TFQ AUJ A 16h? ON VA O SK8PARC? »*** L’appel facturé à la minute, avec des cartes de recharges avec des « unités », un concept débile, tu avais une carte de 100 unités, 1 SMS = 1 unité ; 1min d’appel = 1 unité ; l’unité indivisible en plus, genre tu téléphone 3 minutes et 6 secondes, tu as consommé 4 unités ! Mais aussi l’arrivée monstrueuse du jeu vidéo !

Bref, ma génération est une génération autant privilégié que la génération qui a connu l’invention de l’imprimerie, celle qui a connu la découverte de l’électricité, celle qui a vécue l’invention du téléphone ou du télégramme, ou encore celle qui a vécu l’invention de la TSF, la Télé et la Radio ! Sauf que nous, en l’espace d’une décennie et demi, on a vécu l’invention du téléphone portable, du minitel puis de l’internet, du smartphone et surtout de l’explosion de l’informatique et de l’ordinateur personnel ET des jeux vidéos !

C’est important, on vit dans une époque où l’information peut faire le tour du monde en quelques secondes !

Mais lorsque je raconte à des jeunes, tel un vieux con des internets qui a vécu la préhistoire de l’informatique, qui eux n’ont pas la moindre idée de comment vivre sans internet, comme on ne saurait plus trop comment vivre sans électricité, par fois j’explique avoir connu le 56k !

Le… le… 56k ???

Oui, tu sais, la connexion internet qui faisait « Tuuuuuu Truuluulullululululullu bilililili lili lili biippp biippp bvvvvvvvzzzzzzzzZZZZUUUUUUUUU Grrrruuuuuuuuuuuuu lulu lulu » avant de se connecter !

D’ailleurs, pourquoi ça faisait ce bruit ?

C’est une très bonne question, en fait, au début, pour ne pas trop se prendre la tête et comme les professionnels du milieu, grands physionomistes de tous les temps, ne croyais que moyennement au succès de cette technologie, ils ont utilisés l’infrastructure déjà en place, la paire de cuivre, car dans une prise en T (téléphonique), il n’y a que deux fils utilisés. Alors, pour se connecter, l’ordinateur devait être équipé, au tout début, d’une carte modem 28k (que j’ai un peu connu aussi…) vite remplacé par le 56k (56k = 56kbps = 56 kilobit par secondes, kilobit et non kilo-octet, nuance), cette carte devait être relié à la prise téléphonique comme un simple téléphone, pour se connecté, il fallait drastiquement configurer son PC pour qu’il appel un numéro de téléphone. Et comme à l’époque on ne savait pas trop bien faire la communication, on l’a faite au plus simple, c’est à dire sur la gamme de fréquences qu’utilise la voix de l’Homme. Du coup, l’appel du PC, interrompais les autres appels car il téléphonait littéralement à une autre machine, les bruits étranges était simplement le son de chaque paquet informatique qui passait sur la ligne ! Comme il utilisait uniquement la bande de fréquence de la voix, on avait donc une connexion « audible ».

Par la suite, ils ont développé le 128k, une fréquence modulée qui n’utilisait plus la bande qui servait à la voix, mais d’autres, de façon donc modulée, ce qui permettait l’appel en même temps que la donnée. Pour l’ADSL, ça fonctionne toujours plus ou moins pareil actuellement.

D’ailleurs, j’adore l’ingéniosité des tout premiers modems que je n’ai pas connu, que j’ai déjà vu mais pas en fonctionnement, c’était un modem acoustique. Un gros boitier sur lequel tu déposais ton combiné téléphonique, et ton correspondant devait faire pareil. Tu appelais ton correspondant, et posait le combiné dessus, et les ordinateurs pouvait communiquer !

Génial non !? Heureusement que ça a évolué !

Juste pour information, 56k c’était donc 56 kilobits et non kilo-bytes et non kilo-octet, c’est un débit binaire, 56 kilobits soit 56000 bits par secondes.

Je vais m’arrêter quelques secondes sur cette nuance, uniquement pour votre culture, car en réalité, on en a rien a faire pour la suite de l’article. Enfin, si, pour comprendre quelques subtilités à la rigueur !

Le kilobit, c’est 1000 bits et le bit par seconde c’est un débit binaire, c’est à dire que c’est le nombre de bit envoyer en une seconde. Un débit « 56k » est en réalité un débit de 56 kilobits par secondes, soit l’envoi de 56000 bits par secondes.

L’octet, lui, c’est une unité de mesure. 1 octet est, comme son nom l’indique, un octal, composé donc de 8 bits, 2 octets = 16 bits, 7 octets = 56 bits etc. Chaque octet est donc composé de 8 bits, soit 28 nombres, qui va coder une information, on a, avec un octet, 256 valeurs différentes, c’est à dire la possibilité de coder des valeurs numérique de 256 caractères différents par bits.

Bref !

J’ai donc connu cette époque où, l’Internet n’existait, il y avait tout juste une technologie sympa, le Minitel, qui permettait de faire quelques recherches approfondies. Je me rappelle avoir été avec ma maman à La Poste en vacances en Bretagne, payer un nombre de minutes de connexion au Minitel en libre service, où il fallait mettre un 3615 quelque chose, pour avoir l’annuaire, rechercher une personne en question par ville et par ordre alphabétique afin d’obtenir son adresse et son numéro de téléphone.
Ne rigolez pas, par fois 10 minutes c’était tout juste !

Ah ah ah, le Minitel !!!

Ne rigole pas toi non plus, la plupart des gens ne font pas de l’Internet mais du Minitel 2.0, voir conf’ de B. Bayart cette conférence date de 2007 et elle est de moins en moins d’actualité. En effet, l’essore de Netflix et autres sVOD/VOD, les radios par internet, le Cloud, les applications du genre WhatsApp et Messenger, Telegram, Signal etc. font que l’on utilise de plus en plus Internet en son sens large.

Internet c’était aussi, au début, des portails, car Google n’existait pas, il fallait aller sur le site de son fournisseur (pour ma part, AOL) puis de se rendre sur l’annuaire des sites, chercher dans une liste de catégories ce que l’on cherche, par exemple « Blog » ou « Recettes » ou encore « Musique » puis dans cette catégorie, vous aviez le nom des sites. Exemple, si ce blog avait existé à l’époque, il aurait fallu que vous alliez dans la catégorie « Blog » puis vous seriez tombé sur « Le Labo de Stef », avec une courte description et au petit bonheur la chance, le contenu vous aurait plu !
Mais le plus « drôle » c’est que pour que vous puissiez me trouver, il aurait aussi fallu que j’aille inscrire mon site, sur les différents annuaires disponibles dans les catégories « Annuaires de sites Web » de chaque portails !

Pour en finir avec l’Internet, en plus d’avoir des sites tout moches, on avait facilement accès au sexe déjà à l’époque ainsi qu’à des trucs glauques comme Rotten.com…

On a connu les jeux vidéos, avec du contenu explicite et parfois violent.

Mais les jeux vidéos et le sexe en masse sur internet rend les jeunes violents et débiles !

Je vais bien, ne t’inquiète pas, je ne suis pas devenu un gros psychopathe !

Franchement, je suis heureux d’être dans cette génération, tout va très vite, même la conquête spatiale est follement intéressante et détaillé ! Et je suis persuadé que je vais encore vivre de nouvelles choses que peu d’autres personnes peuvent dire avoir vécu, l’arrivée d’une nouvelle république, une révolution, quelque chose d’historique !

Bon, si je vis ça, il me manquera plus qu’à connaître les extra-terrestres et hop, la boucle est bouclée !

* Tu rigoles, mais le verlan est une vraie langue de fou, parlé dans le quartier !
** Tu as vu cette jeune-femme, elle est follement attirante !
*** Salut ça va ? Tu fais quoi aujourd’hui à 16h00 ? On va au skate-parc ?

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de