Corrida. Dans le cadre de sa niche parlementaire ce 24 novembre 2022, le groupe parlementaire de La France insoumise (LFI) portait une proposition de loi pour l’interdire. Cette dernière était portée par le député Aymeric Caron. Mais l’obstruction parlementaire menée par la minorité présidentielle, le reste de la droite et de l’extrême-droite a empêché les débats sur la proposition de loi des insoumis. Aymeric Caron a du la retirer. Pourtant, 87% des Français souhaitent l’interdiction de la corrida Notre brève.

Face à l’obstruction parlementaire, LFI retire sa proposition de loi visant à interdire la corrida

L’obstruction parlementaire a empêché les débats sur la proposition de loi sur l’interdiction de la corrida. Aymeric Caron a du retirer sa proposition de loi. En effet, plus de 800 amendements ont été déposés sur ce texte, qui dispose pourtant d’un article unique. 373 amendements pour les députés du Rassemblement National (RN) qui prétendent être des défenseurs des animaux.

En soustrayant les amendements irrecevables et retirés, l’Assemblée nationale aurait du examiner, ce jour, plus de 480 amendements sur les 836 déposés. Avec un rythme de 20 amendements à l’heure, cela représente 24 heures de débat. Avec un rythme, plus rapide, de 30 amendements à l’heure, cela représente 16 heures de débat. Cela rendait donc impossible l’adoption de cette proposition de loi dans la cadre de la niche parlementaire des insoumis. En effet, les discussions doivent se finir à minuit.

Cette obstruction contrevient à la demande démocratique d’interdiction de la corrida. Selon un sondage IFOP de février 2022, 87% de nos concitoyens souhaitent mettre fin à la dérogation du code pénal autorisant la corrida.

Parmi les amendements déposés, plusieurs étaient lunaires. Certains proposaient ironiquement de former les toreros au bien être animal, d’autres d’interdire la corrida en fonction de la température extérieure ou encore de la température du vent. Comme si, dans certaines conditions, il était plus acceptable de torturer des taureaux.

LFI demande à ce la proposition de loi pour interdire la corrida soit transpartisane, et qu’elle soit rapidement mise à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.